Undercypher, Hacker n'est pas tuer...

Mis à jour : 8 nov. 2020

Le décès brutal d'un des plus brillants chercheurs en Intelligence Artificielle du monde plonge le pirate informatique UnderCypher dans la tourmente. En effet, il redoute d'avoir été manipulé par l'assassin dans le but de le faire accuser à sa place. L'étau se resserre et le hacker doit rapidement trouver un allié afin d'effacer ses traces avant que le FBI ne remonte jusqu'à lui... À moins qu'une aide lui vienne des habitants d'un univers inattendu... celui du monde virtuel créé par le scientifique disparu et secrètement niché au cœur de son ordinateur...


Mon petit plus...


Sur le sujet...


Undercypher est né d'une idée de nouvelle qui m'est venue en jouant à Civilization Call to Power. Je me suis demandé ce qui se passerait si les personnages informatiques qui peuplent ce jeu de gestion prenaient conscience d'évoluer dans un univers virtuel et que leur monde était gravé sur le disque dur d'un PC.

Souvent je reprenais le jeu à partir d'une sauvegarde antérieure lorsque j'avais été particulièrement mauvais et que savais que les options que j'avais prises ne menaient qu'à l'échec

Je me suis amusé à penser que la "sauvegarde" la plus avancée d'une de mes parties de Civilization parvenait soudain à "communiquer" avec une version précédente, comme nous le ferions dans notre système solaire en allant visiter une planète un peu plus loin. J'ai imaginé les êtres de la nouvelle session suffisamment pervers pour informer les autres qu'ils évoluaient à présent dans une version obsolète du jeu, abandonnée à son triste sort par un joueur plus intéressé par la victoire que par l'obligation de redresser un situation trop difficile...

Tragique...

On retrouve cette ambiance de monde glauque et désespéré au début du livre qui garde les traces de cette première idée.


Le raisonnement a ensuite fait son chemin durant des mois, la communication entre deux mondes évoluant pour aboutir à établir un dialogue entre un monde informatique et notre réalité. Là, je me suis demandé si les personnages vivant sur un disque dur auraient conscience de n'être pas réels. Avec la question évident de la réciprocité ; notre monde à nous pourrait-il être une création artificielle.

Cette idée se retrouve dans la prise de contact entre les avatars de Yorick et Aguilar avec "l'original" du Pr Aguilar dans le laboratoire de l'Université de Columbia, à New-York... Surprise et quiproquo sur les deux mondes dont l'un menait une expérience pour communiquer avec une autre dimension et réalise en fait... qu'il n'existe pas !


Mais il ne s'agissait encore que d'une nouvelle qui s'achevait lorsque le lecteur, en même temps que les personnages, aurait réalisé qu'un des deux mondes se nichait au cœur d'un ordinateur...


De la nouvelle au roman...


L'édition de mon premier livre, #Fantastic, a été pour moi un "déclencheur".

Alors que je n'avais écrit jusqu'alors que des nouvelles dont la plus longue n'excédait pas 80 pages, je me suis en quelques sortes "senti pousser des ailes". J'ai repris cette nouvelle qui n'avait pas encore de nom et j'ai continué à pousser le raisonnement.

Dans le monde informatique, il y avait deux personnages, Yorick et Aguilar, alors que dans le monde "réel", ils communiquaient uniquement avec le Pr Aguilar. Où donc était les "vrai" Yorick ?

Et s'il avait été assassiné ?..


De la nouvelle de Science-Fiction au Roman Policier d'Anticipation...


L'écriture avançant, nos deux compères gagnent en "épaisseur". Je leur imagine une psychologie, un passé, des aspirations. De nouveaux personnages deviennent nécessaires, ce qui m'oblige à revenir régulièrement en arrière afin de les enraciner dans le récit

Cette histoire de mort à l'Université tourne de plus en plus au "roman policier". Bien que je me défende d'écrire dans ce genre particulier, étant donné que je suis très mauvais en résolution d'énigmes (même quand on m'explique).

Pourtant ne voilà-t-il pas que je me surprends à concevoir une intrigue particulièrement élaborée dont personne, je dis bien personne, n'a réussi à ce jour à démêler l'écheveau avant la fin...

Je n'en suis pas peu fier...


Pourquoi Undercypher ?


Comme l'intrigue tourne autour de l'informatique, il devenait inévitable de faire intervenir un "pirate", un de ces fameux "hackers" dont on parle tant.

Il se trouve qu'à cette époque, un de mes meilleurs amis m'avoua au détour d'une conversation qu'il avait été membre de la fameuse organisation "Anonymous" dans sa jeunesse. Undercypher était un de ses nombreux pseudonymes.

Je n'ai pas pu résister au bonheur de le mettre en scène au point d'en faire le héros du roman !


Undercypher, la suite ?


Si le mystère de la mort de Yorick est bien résolu à la fin, il n'en reste pas moins qu'une belle équipe s'est constituée durant l'aventure.

Loin des schéma classiques du groupe d'investigateurs enquêtant pour découvrir un coupable, cette "réunion" de personnages différents agissant chacun suivant sa propre motivation se révèle une superbe alchimie.

Peut-être retrouverez-vous ces personnages très prochainement....




#hacker #informatique #polar

33 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout